Je ne suis pas un rat…

Je suis née en ville (bon ok, une ville moyenne mais une ville quand même) et j’y ai vécu jusqu’à l’âge de 6 ans.
Quand mes parents ont décidé de s’expatrier à 5 kilomètres de là, en pleine campagne, j’ai été ravie. Il faut dire qu’ils ont choisi de ne pas me changer d’école, j’ai continué mes hautes études de grande section en ville. Pendant quelques années j’ai beaucoup aimé le contact de mes voisines les vaches et je n’ai nullement été dérangée par le calme ambiant qui régnait dans notre quartier (formé de trois maisons seulement).
A mon entrée au collège, tout a changé ! Il y a d’abord eu le car à prendre, peuplé de jeunes arriérés (mon avis de l’époque) qui me dévisageaient tous parce que j’étais la seule à fréquenter un établissement public. Ensuite, je me suis heurtée aux sorties entre copines l’après-midi : j’ai bien dû prendre mon vélo  deux ou trois fois pour les retrouver mais au vu de mon allure à chaque arrivée (essouflée, transpirante, décoiffée et les joues écarlates – ben oui je suis un peu l’antithèse du sport) je me suis vite découragée. Mes parents ont alors cru trouver la solution en récupérant une Peugeot 102. Elle était d’un Mobylettebleu improbable (j’avais la même que sur la photo), j’ai voulu la repeindre en noir. En grande experte du relooking mécanique j’ai légèrement oublié de la poncer ce qui a donné un résultat épouvantable aléatoire. Au bout de quatre sorties à son guidon, je suis tombée en panne en pleine forêt. Je suis allée supplier le garde-champêtre de me laisser utiliser son téléphone pour appeler (au secours) chez moi et… il a refusé. Tiens je m’aperçois que c’est la deuxième anecdote où je vous raconte qu’un portable m’aurait bien été utile (cf la fois où je me suis retrouvée enfermée dans une banque) ! Merci la technologie ! Mais je m’égare… Je marchais donc à côté de l’affreuse mobylette en suant et en pestiférant (et aussi en ayant un petit peur, j’étais quand même seule au milieu des bois !), lorsque ma mère, s’inquiétant de ne pas me voir revenir, a eu la bonne idée de prendre sa voiture pour tenter de me retrouver (merci Môman !). A partir de ce jour-là, le deux-roues n’a plus quitté le garage (jusqu’à ce qu’il fasse le bonheur d’un autre ado bien sûr).
Tout ça pour dire que j’en ai longtemps voulu à mes parents d’avoir choisi de m’ s’enterrer dans ce « trou paumé » (je crois que ce sont les termes que j’employais le plus souvent).
Quelques années après, j’ai passée une année (que j’ai adorée) à la fac de Nantes ; puis j’ai oscillé entre petits bourgs et ville au fil de ma vie.
Il y a six ans et demi, alors que Campagnenous cherchions à acheter une maison pour y abriter notre amour (je suis nunuche romantique ce matin), nous ne nous sommes pas posés de questions, nous avons battu la campagne. Nous avons trouvé notre nid dans une petite commune, à l’écart du « centre-bourg » (si si nous avons bien un panneau de direction « centre-bourg »). Comme Pôpa et Môman dites donc ! Soudain je me dis que je devrais peut-être consulter un psy…
Alors il est probable possible qu’un jour nos enfants regrettent notre choix mais on s’y sent bien (parfois au propre comme au figuré d’ailleurs) dans notre campagne.
J’aime ma PETITE BOURGADE. Les gens y sont sympas, ne vous toisent pas du regard quand vous leur êtes inconnu(e), les enfants vous saluent quand ils vous croisent.
Pourtant je sais que si pour x raison nous devions retourner parmi les citadins, j’y serais heureuse aussi. J’aime les lumières de la ville et son brouhaha et surtout MA TRIBU SUFFIT A MON BONHEUR !
Alors rat des villes non, rat des champs non plus, mère poule peut-être…

Merci à Zaza de Croque Madame pour l’inspiration !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

4 réflexions sur “Je ne suis pas un rat…

  1. Coucou! Je découvre ton blog aujourd’hui et j’en suis ravie!!
    Ras des champs pour moi… J’habite à 50 km de la « grande ville » qui est bien loin d’être aussi grande que Paris hein… Je m’y plait, on s’y plait! C’est le principal! Je ne me vois pas du tout habiter en ville, le bruit, trop de gens… Hihi, je suis une fille de « trou du cul du monde » moi!
    Sur ce, des bisous et à bientôt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s