Ma chance

« L’amitié c’est comme une flaBougiemme qui éclaire et réchauffe ta vie » chantions-nous souvent lors des veillées scoutes de ma jeunesse (ça va j’assume très bien).

Ma meilleure amie c’est aussi la plus vieille. Non non elle n’a pas 74 ans mais j’en ai 32 et ça fait (presque) autant de temps que je la connais. Je suis même allée  la voir à la maternité ! Bon d’accord c’est Môman qui m’a emmenée vu que je n’avais que 4 mois. Vous avez tout compris, nos mères sont copines et c’est comme ça que nous nous sommes rencontrées.
Nous ne nous sommes pas toujours bien entendues. Notre histoire a été ponctuée de hauts, de pertes de vue et de bas. Nous avons vécu notre adolescence différemment, ce qui n’a parfois pas facilité nos rapports.
Maintenant que nous sommes adultes je n’imagine pas ma vie sans elle. Elle est toujours là pour moi, dans les bons comme dans les mauvais moments.
Pourtant, il y a neuf mois, quand elle est devenue maman à son tour, j’ai eu peur de la perdre.
Je me souviens d’une soirée où nous avions bien ri, Zoé venait d’avoir un an, mon amie m’avait alors dit : « Enfin je te retrouve ! ». Sur le coup je n’avais pas bien compris, ça m’avait même un peu blessée. Je ne me rendais pas compte à quel point la maternité m’avait changée. Puis j’ai oublié…
L’année dernière nous sommes tombées enceintes à deux moi d’écart (elle de son premier enfant et moi de mon troisième). Nous étions très heureuses. J’ai eu mon petit Nino et elle a aussi donné naissance à un adorable petit garçon. C’était parfait ! Mais on ne vit pas à un accouchement de la même façon quand il s’agit du premier ou du troisième. Je me suis vite sentie un peu en décalage avec elle. Pourtant je la retrouvais toujours avec plaisir et j’avais hâte d’assister aux premiers échanges de nos loupiots. Malgré tout, dans un petit coin de mon coeur, je souffrais de me trouver face à mon amie si différente du temps où elle était nullipare. Je savais (j’espérais) que tout rentrerait dans l’ordre un jour. Et J’AI EU DE LA CHANCE, ce jour est arrivé plutôt rapidement ! Je me dis que ça a dû être drôlement dur pour elle de vivre cette situation pendant un an. Je ne lui ai pas parlé de tout ça. Je suis sûre que je le ferai, après tout je lui ai toujours tout raconté ! J’ignore si elle lit mes articles, nous ne nous sommes pas beaucoup vues depuis la création de mon blog. Parce que notre amitié c’est aussi ça : nous pouvons rester sans contact pendant plusieurs semaines, le lien qui nous unit est indéfectible. Nous nous aimons (les amis ne sont-ils pas la famille que nous nous choisissons ?) et nous le savons ; c’est tout ce qui compte.

J’ai envie de vous laisser sur cette petite phrase d’Aldebert (il risque de revenir souvent !) : « Un ami c’est quelqu’un… Quelqu’un qui vous connaît bien, et qui vous aime quand même. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réflexions sur “Ma chance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s