Ma douce furie

Si je t’écris aujourd’hui c’est parce que je ne trouve plus les mots à te dire pour t’apaiser.

Tu as toujours été très forte de caractère, toute bébé tu t’énervais déjà toute seule à t’en rendre violette.
Souvent je me dis que ta persévérance te servira dans la vie, que tu obtiendras ce que tu désireras, que tu te battras pour réussir.

Mais là j’aimerais que tu cesses de te battre un peu.

Non le quotidien ne devrait pas être une lutte permanente comme celle que tu nous imposes. Tu cherches sans arrêt les limites, NOS limites. Aujourd’hui je te le dis, elles sont atteintes. Je suis épuisée nerveusement.
Les gens qui ne te connaissent pas vraiment bien pourront dire que j’exagère mais ils ne savent pas.
A l’école, tu es une petite fille modèle (et j’en suis fière). Pourquoi alors devenir ainsi quand tu franchis le seuil de la maison ? Nous nous remettons beaucoup en question avec papa. Pourquoi as-tu l’air d’avoir besoin de nous entendre crier pour te sentir bien ? Parce que oui nous crions. Nous avons tout essayé (enfin je crois) : la tendresse, les punitions, l’ignorance… Et moi j’ai besoin de crier quand je te vois nous chercher tel que tu le fais.
Tu me ressembles tellement, toi ma blondinette, que ça me fait mal. Ca me fait mal au plus profond de moi.
Je pense que si tu fais ça, c’est que tu recherches notre affection. Tu préfères que nous passions notre temps à te houspiller plutôt qu’on ne s’occupe pas de toi. Alors quasiment tous les soirs, à l’heure du coucher, j’ai une boule au ventre. Je redoute l’instant où tu vas te mettre à hurler que tu ne veux pas dormir, que tu veux « faire le bazar ». Je pense à ta sœur qui partage ta chambre et qui doit supporter tes cris. Parfois ton frère se met à pleurer lui aussi.
Si tes colères se limitaient aux soirées, il me semble que nous supporterions plus facilement. Mais à chaque instant tu peux basculer dans un autre état et la tyrannie s’abat alors sur notre famille.
C’est la première fois que j’en suis là. Avant-hier soir, je t’ai mise sous la douche froide. Auparavant, je n’aurais jamais fait ça. Je me suis vue au bord d’une forme de violence, avec ce besoin de passer mes nerfs. Je ne franchirai jamais la barrière mais, je t’en supplie, je voudrais qu’on arrête cette escalade conflictuelle.
Lorsqu’on dresse le bilan météorologique de ton caractère, on constate des phases de redoux au milieu des tempêtes. Hélas, c’est comme dans la réalité : ces derniers mois les rayons de soleil nous ont bien manqués. Auparavant, tes crises nous étaient réservées, mais depuis peu tu t’exerces aussi auprès de tes grands-parents. J’ai peur que tu n’arrives plus à te contrôler et que, comme moi, tu ne parviennes pas à cacher ton mauvais caractère. Je refuse qu’on te colle cette étiquette. Je suis comme une cocotte-minute, tu dois être née sous pression.

Tu es pourtant si douce, si fine et si drôle… Ma petite Emma, si seulement tu comprenais que mon amour pour toi dépasse de loin tous les cris que je pousse à ton égard. Mon cœur explose de bonheur quand je t’entends rire.
Si seulement je pouvais rire avec toi plus souvent…

Emma

* Je vous invite à lire ce joli billet de Sabine et associés qui m’a (un peu) déculpabilisée d’écrire celui-ci.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

11 réflexions sur “Ma douce furie

  1. Pingback: La journée arc-en-ciel | Papa bricole et Maman blogue

  2. j’en ai les larmes aux yeux Marie. C’est tellement ça, tellement pareil. Cette envie que ça s’arrête, que les limites sont atteintes! J’avais décidé d’aller voir un psy pour Pierrafeu qaund un soir où je lui serrai les bras de toutes mes forces je me disais en même temps « ne le tue pas, serre lui les bras mais ne le tue pas » . Il avait pas trois ans, je n’en pouvais plus j’étais usée nerveusement…

    est-ce que ça va un peu mieux? avez-vous essayé le pédopsy?

    • Ca me touche que tu sois venue lire mon billet Sabine. C’est ce que je trouve fort dans la blogosphère, on pose plus facilement à l’écrit ce qu’on ressent vraiment et on s’aperçoit qu’on est loin d’être seuls dans le même cas !
      Ce n’est pas tous les jours facile mais à le relecture de cet article je me dis que ça s’est quand même UN PETIT PEU amélioré.
      A l’époque tout le monde m’a parlé de pédopsy. Dans le fond je suis assez d’accord mais quand j’étais petite on m’a forcée à en voir un et je l’ai très mal vécu. Alors quand j’en ai parlé avec Emma et qu’elle a refusé je n’ai pas eu le cœur de lui imposer ça. Peut-être à tort mais j’avais la sensation que ça ne ferait qu’ajouter un conflit supplémentaire…
      En tout cas je te remercie encore car VRAIMENT ton article a ouvert la possibilité de s’exprimer sur le sujet. Merci !

  3. Pingback: La météo de l’humeur | Papa bricole et Maman blogue

  4. Pingback: En vie | Papa bricole et Maman blogue

  5. Je n’avais pas lu ce billet. Quelle erreur de ma part ! J’espère que le climat s’est un peu apaisé. Difficile de savoir trouver les mots pour t’apaiser également. En discuter souvent cela fait du bien ! Je suis là au besoin.

    • Merci c’est gentil !
      Bizarrement l’écriture de ce billet a coïncidé avec une accalmie. Je crois que mettre en mots ma détresse m’a permis de relâcher un peu la soupape. Ou alors mon Emma a senti que j’étais au bout. Je ne sais pas. Mais en tout cas depuis quelques temps la vie à la maison est un peu plus sereine. J’en profite le temps que ça dure…

  6. je ne sais pas trop quoi te dire, juste te dire que je pense à toi et à vous, et espère qu’après le mauvais temps le soleil reviendra. Y a-t-il eu un élement déclencheur à ses difficultés? Arrive-t-elle à poser des mots là-dessus? On parle beaucoup de Filliozat, qui a écrit sauf erreur de ma part « j’ai tout essayé » qui parait-il est assez intéressant. En tout cas, n’hésite pas à utiliser ton blog pour lacher du lest…

    • Merci beaucoup ! Ton soutien me touche.
      Pas d’élément déclencheur et même si on communique beaucoup, Emma ne sait pas nous dire pourquoi elle est comme ça.
      En ce moment ça va un peu mieux (vacances scolaire et écriture du billet qui m’a permis de décompresser peut-être ?!).

      ps : Cleophis aussi m’a parlé de Filliozat, je vais aller voir ça de plus près !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s