Ce que j’ai aimé (ou pas) ces dernières semaines (petits bonheurs inside) # 11

J’ai aimé m’émerveiller devant la facilité de Nino à faire des puzzles. J’aime les moments de tranquillité que cela m’apporte (petit bulldozer se pose).
Je n’ai pas aimé
sa difficulté récurrente pour s’endormir.
J’ai aimé
apprendre la naissance d’une petite puce. J’ai été triste à la pensée de mes amis qui eux ne connaîtront pas leur petite fille.
J’ai aimé
voir mes trois jouer ensemble.
J’ai aimé
passer du temps avec ma sœur.
J’ai aimé
me trouver des nouvelles chaussures.
J’ai aimé
me préparer pour les E-fluent, je n’ai pas aimé angoisser comme pour une rentrée des classes.
Je n’ai pas aimé
avoir 39 de fièvre et devoir annuler tout ce qu’on avait prévu le week-end dernier.
J’ai aimé
customiser des sacs en tissu. Je n’aime pas les avoir perdus quelque part dans la maison (impossible de remettre la main dessus, ça me rend chèvre !).
J’ai aimé
les -50 % du rayon jouets de mon supermarché.
J’ai aimé
faire du jus de pomme pour l’école.

J’ai aimé
faire entrer Noël dans la maison.

Puzzle

Triomino

Jeu

Chaussures

Sapin

C’était ma participation aux Petits bonheurs de Maman Louzoù, façon « J’aime / j’aime pas » de Milie (la récap’ est chez Coralie de C’était comment avant ?) et « Ma semaine en mots et en photos » pour Madame Parle (la récap’ est chez Mum Poulette).

blossom1

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le doigt dans l’œil (ou le test des lentilles de contact)

Je porte des lunettes depuis le CM2.
Au début c’était juste pour lire et regarder la télévision. Puis j’ai vieilli, j’ai porté 3 enfants, ma vue a baissé ; les binocles sont devenues indispensables à ma survie en milieu urbain (et même rural d’ailleurs). Jusque là rien d’extraordinaire.
Sauf que je ne me considère pas comme une fille à lunettes. Pour résumer, je dois me regarder dans le miroir deux fois par jour (pour me brosser les dents et me débarbouiller – si j’ai le droit de dire « débarbouiller » !) et je n’ai rien sur mon nez à ce moment là (sauf peut-être quelques points noirs, amis du glamour bonjour !). Jusqu’à il y a quelques mois, chaque fois que je voyais des photos de famille je m’interrogeais sur l’identité de la myope avec mes enfants, bref je ne me reconnaissais pas !

Mais ça c’était avant ! Avant que je ne me décide enfin à me mettre le doigt dans l’œil.
Nous avons tous des phobies et dans le top 3 des miennes : l’organe de la vision. Minute Freud : peut-être est-ce dû au souvenir de mon grand-père qui avait perdu un œil lors d’un accident de voiture ou peut-être ai-je été traumatisée, durant mon adolescence, par un copain qui jugeait de bon de se retourner les paupières à longueur de journée (rien que d’écrire ça j’ai la nausée) ? Bref, ma devise était : « touche pas à mes yeux (ni aux tiens) ! ».
Ma petite trentaine aidant, depuis quelques temps, je deviens plus courageuse. Alors voilà, un jour d’avril j’ai passé la porte de mon opticien préféré et je lui ai fièrement lancé : « Bonjour, je viens me renseigner sur le port des lentilles ! »
Ceci est un article d’encouragement pour tous les dégoûtés des yeux. Si moi je l’ai fait, vous pouvez y arriver !

Voici donc mes conseils :

  • ça va vous coûter une trentaine d’euros mais faites une adaptation aux lentilles chez votre opticien.
    Voici comment ça se passe : le premier jour, il vérifie si votre vue permet le port des lentilles, vous fait deux ou trois petits examens  puis, si tout est ok, vous mettez vos lentilles devant lui (sous sa direction). Deux heures après, vous revenez le voir pour retirer vos lentilles (toujours guidé(e) par ses conseils). Croyez-moi c’est indispensable, certains ophtalmos renvoient directement leurs patients chez eux après leur avoir posé leurs lentilles ; la technique pour les enlever n’est pas si évidente pour tout le monde !
    Le deuxième jour, il est conseillé de les porter un après-midi chez vous.
    Le troisième vous répétez l’opération mais pour la journée complète.
    Le quatrième, vous devez les mettre dès le matin et retourner chez votre opticien (avec qui vous commencez sérieusement à copiner) en fin d’après-midi. Là vous discutez avec lui de votre ressenti et de vos problèmes techniques.
    Mon problème technique à moi résidait surtout dans le retrait de ces maudites lentilles. Je dois vous avouer que j’ai failli abandonner la première fois où j’ai du me débrouiller seule (sans Monsieur Krys). J’ai mis une heure, j’ai pesté, puis j’ai pleuré. J’ai même hésité à aller au magasin et le supplier de mes les enlever. Mais je me suis dit que si je faisais ça, je tirais un trait définitif sur mes espoirs de me trouver plus jolie et que cet échec résonnerait longtemps en moi. J’ai demandé à Sam Chéri de me soutenir et de me guider un peu (parce que je suis tellement dans le dégoût face aux yeux que me mettre face à un miroir m’était trop difficile, c’est vous dire !). Et ça a marché ! Le lendemain j’ai mis une demi-heure et j’ai vu ça comme un énorme progrès.
    Quand j’ai fait part de mes difficultés à Monsieur Krys et il m’a donné une astuce : appuyer fort sur le blanc de mes yeux de chaque côté de l’iris. Ca m’a rebuté mais ça a tellement bien fonctionné que c’est désormais la technique que j’emploie.
  • N’hésitez pas à consulter des vidéos comme par exemple celle-ci ; ça peut aider.
  • Faites-vous confiance et ne vous découragez pas ! Comme pour beaucoup d’autres choses,  tout est question d’entraînement. Au fil du temps, vous mettrez vos lentilles de plus en plus rapidement et vous les enlèverez avec une facilité que vous trouviez jadis déconcertante.

Aujourd’hui je porte des lentilles jetables journalières, par coquetterie, uniquement le week-end ou pour les occasions particulières et je n’ai aucun regret.

Lunettes

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le marchand de sable est fâché avec mon fils

SommeilAvant Nino dormait vraiment bien.
Avant quoi ? Alors là, vous me posez une colle ! Tout a changé du jour au lendemain sans que l’on trouve d’explication ; j’en viens même à me demander si nous n’avons pas été maraboutés…

Aujourd’hui, et ce depuis quelques mois déjà, c’est comme Capri (pour les jeunes vous rechercherez du côté d’Hervé Vilard). A peine couché, mon petit garçon se relève.
Parfois il se contente de se poster en haut de l’escalier et nous écoute (jusqu’au moment où nous détectons sa présence par un grincement de palier). D’autres fois, il décide d’aller s’occuper dans la salle de bain (où il a de multiples jeux tels que le robinet, mon flacon de parfum ou encore la chasse d’eau). Hier soir il a varié son programme en allant rendre visite à ses soeurs qui dormaient déjà. Bref, nous le couchons, descendons et savons que nous serons irrémédiablement amenés à remonter dans les 3 minutes suivantes et que nous répéterons l’opération moult fois dans la soirée.
Le cirque est le même à la sieste (que nous avons essayé de supprimer sans succès). Il lui est même arrivé de se relever en plein milieu de la nuit (c’est encore rare heureusement). Quant au matin, adieu ma tranquillité : cet enfant se lève aux aurores !

Pour remédier au problème, nous avons expérimenté plusieurs méthodes : la douceur (il rit), la diplomatie (il rit), la sévérité (il rit), l’ignorance (il finit par s’endormir sur le palier, à même le sol, au bout de deux heures et demie seulement). Je suis désespérée !
Et vous savez le pire ? C’est qu’à chaque fois que je le récupère à la halte-garderie les puéricultrices me disent : « Qu’est-ce qu’il a bien dormi ! »

C’était ma complainte de maman en colère contre le marchand de sable qui a du changer sa tournée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Petite blogueuse deviendra grande #efluentmums3

Dans un peu plus de deux semaines aura lieu la troisième édition du spot des E-fluent et j’irai pour la première fois.
Alors d’un côté mon cœur fait « gniiiiiii !!!!!!!!! » et d’un autre côté je sens le stress monter. (Appelez-moi Ambivalence…)
Je me sens toute petite. Je suis cette fille qui rêve d’y participer depuis le jour où elle a découvert l’événement mais je suis aussi cette fille qui peut rester plusieurs mois sans bloguer, cette fille qui lit beaucoup d’articles mais commente peu, cette fille presque inactive sur les réseaux sociaux. Je trépigne d’impatience et en même temps j’ai peur. Peur de ne pas savoir où me mettre, peur de ne pas être à ma place, peur d’être seule, peur de m’accrocher comme une huître à quelqu’un qui ne me supportera pas, peur de ne parler à personne, peur de passer pour une groupie.
Je ne vous parle même pas de la logistique… Enfin si je vous en parle. J’angoisse à l’idée de rater mon train. J’angoisse à l’idée d’oublier mes affaires quelque part (parce que je suis du genre à oublier ma tête). J’angoisse à l’idée de prendre le métro. J’angoisse parce que je n’ai pas de smartphone et que je risque de passer pour une extra-terrestre.
Alors j’écris pour exorciser. Je me dis que mon blog me fait grandir. Avant je n’aurais même pas osé y penser et là je vais franchir le pas.
Donc si vous me lisez et qu’on se rencontre là-bas, je ne pourrai pas nier que je suis un peu nunuche et névrosée mais je vous assure que des fois je suis normale (et sympa) !

Ca c’était l’année dernière et j’ai hâte de voir comment ça sera cette année
(même si ça me fait un peu trembler) !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il paraît que j’ai co-crée des langes #Concours

005 (3)

Comme je vous l’ai déjà raconté ici et , j’ai eu l’incroyable chance de pouvoir participer à une belle aventure  avec Babymoov.

A partir du thème NATURE (et d’une planche d’idées) on m’a demandé de réaliser des motifs pour langes. Je suis très heureuse car mes petits gribouillis ont germé (avec l’aide d’une merveilleuse graphiste soyons sérieux !) et aujourd’hui ils sont devenus réalité. La collection s’appelle 4 Seasons et je la trouve vraiment belle (en toute modestie bien sûr !).

Si vous aussi vous craquez devant ces langes (ce qui me paraît être une évidence 😉 ), je vous offre la possibilité de gagner un  lot de 3 langes 4 Seasons. Et surprise ce n’est pas 1 lot que j’ai à mettre en jeu ni 2 ni 3 mais 10… oui j’ai bien dit 10 lots à gagner !!! (Parce qu’en plus d’être sympas, ils sont généreux chez Babymoov !)

Vous voulez jouer ? Rien de plus simple  : laissez-moi un commentaire sous cet article m’expliquant pourquoi vous voulez absolument ces magnifiques langes (hein qu’ils sont beaux ! Mouais je l’ai peut-être déjà dit ça…). Relayer le concours sur votre profil public Facebook vous apportera une chance supplémentaire ! (Merci de me donner le lien en commentaire pour que je puisse vérifier.) Si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi continuez à me lire, vous abonner à mon blog par mail,  me tricoter une écharpe ou encore m’envoyer des fleurs (je suis une fille classique j’aime les roses). Vous pouvez également me dire que vous aimez mon blog ici (c’est facultatif mais ça fait toujours plaisir !).

Bonne chance à tous et à vos partages !

Détails du concours : Ce jeu se terminera le 15 novembre à 23h59. Les gagnants seront désignés par Random et les résultats seront annoncés en édit de cet article le 17 novembre. Concernant la remise des gains je ne suis que votre intermédaire, Babymoov est responsable de l’envoi postal.

ps : Si vous voulez plus détails sur ces langes, la fiche technique est à votre disposition sur le site de Babymoov.

Rendez-vous sur Hellocoton !

EDIT du 17 novembre 2014

Merci pour vos nombreuses participations et pour tous vos compliments qui m’ont réchauffé le cœur !
Les gagnant(e)s sont :

  • Florence (de Cerise sur le Berceau)
  • Arwena29
  • Aurélie.B
  • Lovelylou
  • Lynette Abelle
  • Isabelle R
  • Elisabeth MB
  • Samantha. V (maman en mars)
  • Sophie Chartrain
  • Noémie Marié

Bravo à toutes ! Je vous envoie un mail dans la journée 🙂 !

Capture

Lettre à un rêveur

Cher ami de la fête et du bruit,

Quand nous nous sommes installés à Petite Bourgade, nous ignorions que nous devrions cohabiter avec toi.
La petite maison est située non loin d’une ancienne mine d’uranium et la Cogema a eu la bonté de te laisser de vieux bâtiments pour abriter tes soirées rythmées.
Nos nuits ont été perturbées ; nous n’avions pas d’enfants, nous avons supporté.

Puis ton antre a été murée et tu as migré vers d’autres contrées. Je te l’avoue, tu ne m’as pas vraiment manqué ; j’ai apprécié ces quelques années de tranquillité.

Et puis, il y a quelques mois, tu es revenu.
Au départ nous avons pensé que tu étais peut-être seulement de passage. Mais ton son s’est fait de plus en plus présent jusqu’à nous imposer des nuits blanches une semaine sur deux.
Aujourd’hui je suis maman et, quand vers 16h00 tu files te coucher, moi j’ai un goûter à gérer.
Samedi dernier, alors que nous rentrions d’un dîner, nous avons croisé des wagons de voitures roulant au pas. Au début ça nous a rappelé une scène de Quatre garçons plein d’avenirs et nous en avons ri. Une fois rentrés à la maison, notre rire a jauni : nous avons réalisé qu’une fois de plus nous ne dormirions pas.
Je crois que cette fois a été celle de trop. La couleur violacée sous mes yeux jure avec celle de mes cheveux.

Je te le demande donc gentiment avant de m’énerver : pourrais-tu aller  t’installer près de ton jardin plutôt que du mien ?
Tes raves m’empêchent de rêver. Il paraît que maintenant on appelle ça des free partys mais moi je cherche où est ma liberté…

marie, au bord de la crise d’hystérie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce que j’ai aimé (ou pas) ces deux dernières semaines (petits bonheurs inside) # 10

J’ai aimé la météo printanière de ce début d’automne.
J’ai aimé qu’on me ramène mon chaton disparu depuis 13 jours. (Non en fait j’ai plus qu’aimé, j’en ai presque pleuré de joie.)
J’ai aimé voir la fête des cucurbitacées s’installer chez nous et voir notre paisible village de 7 maisons envahi par 10000 personnes (oui c’est énorme).
J’ai aimé organiser un atelier citrouilles pour l’anniversaire de Zoé avec ses copines. J’ai aimé voir Sam Chéri y participer.
J’ai aimé toutes ces petites citrouilles alignées.
Je n’ai pas aimé le Terrible Two de Nino de plus en plus présent ces derniers temps. J’ai aimé le voir se défouler aux jeux.

J’ai aimé les voir heureuses de se balader à dos d’âne.
J’ai aimé les sentir si concentrées aux cours de natation. Je n’ai pas aimé l’odeur du chlore qui m’a rappelée de très mauvais souvenirs.
Zoé et moi avons aimé trouver une vache égarée dans notre jardin et nous avons aimé la prendre en photo. Nous avons aimé qu’elle prenne la pose et nous tire la langue pour l’occasion.
Je n’ai pas aimé avoir la sensation de passer les vacances à courir.
J’ai aimé me promener en famille et profiter des paysages qui nous entourent. J’ai aimé me sentir toute petite au pied des arbres. Je n’ai pas aimé entendre Emma râler la moitié du chemin.
J’ai aimé passer du temps avec mon amie Aurélie.
J’ai aimé voir ma grand-mère. Je n’ai pas aimé la sentir de plus en plus perdue.
J’ai aimé vous dévoiler mon grand secret.

Cucurbitacées

Citrouilles alignées

Toboggan

Balade à dos d'âne

Piscine

Vache égarée dans le jardinPaysage

Arbres

C’était ma participation aux Petits bonheurs de Maman Louzoù, façon « J’aime / j’aime pas » de Milie et « Ma semaine en mots et en photos » pour Madame Parle. blossom1
Rendez-vous sur Hellocoton !