Le doigt dans l’œil (ou le test des lentilles de contact)

Je porte des lunettes depuis le CM2.
Au début c’était juste pour lire et regarder la télévision. Puis j’ai vieilli, j’ai porté 3 enfants, ma vue a baissé ; les binocles sont devenues indispensables à ma survie en milieu urbain (et même rural d’ailleurs). Jusque là rien d’extraordinaire.
Sauf que je ne me considère pas comme une fille à lunettes. Pour résumer, je dois me regarder dans le miroir deux fois par jour (pour me brosser les dents et me débarbouiller – si j’ai le droit de dire « débarbouiller » !) et je n’ai rien sur mon nez à ce moment là (sauf peut-être quelques points noirs, amis du glamour bonjour !). Jusqu’à il y a quelques mois, chaque fois que je voyais des photos de famille je m’interrogeais sur l’identité de la myope avec mes enfants, bref je ne me reconnaissais pas !

Mais ça c’était avant ! Avant que je ne me décide enfin à me mettre le doigt dans l’œil.
Nous avons tous des phobies et dans le top 3 des miennes : l’organe de la vision. Minute Freud : peut-être est-ce dû au souvenir de mon grand-père qui avait perdu un œil lors d’un accident de voiture ou peut-être ai-je été traumatisée, durant mon adolescence, par un copain qui jugeait de bon de se retourner les paupières à longueur de journée (rien que d’écrire ça j’ai la nausée) ? Bref, ma devise était : « touche pas à mes yeux (ni aux tiens) ! ».
Ma petite trentaine aidant, depuis quelques temps, je deviens plus courageuse. Alors voilà, un jour d’avril j’ai passé la porte de mon opticien préféré et je lui ai fièrement lancé : « Bonjour, je viens me renseigner sur le port des lentilles ! »
Ceci est un article d’encouragement pour tous les dégoûtés des yeux. Si moi je l’ai fait, vous pouvez y arriver !

Voici donc mes conseils :

  • ça va vous coûter une trentaine d’euros mais faites une adaptation aux lentilles chez votre opticien.
    Voici comment ça se passe : le premier jour, il vérifie si votre vue permet le port des lentilles, vous fait deux ou trois petits examens  puis, si tout est ok, vous mettez vos lentilles devant lui (sous sa direction). Deux heures après, vous revenez le voir pour retirer vos lentilles (toujours guidé(e) par ses conseils). Croyez-moi c’est indispensable, certains ophtalmos renvoient directement leurs patients chez eux après leur avoir posé leurs lentilles ; la technique pour les enlever n’est pas si évidente pour tout le monde !
    Le deuxième jour, il est conseillé de les porter un après-midi chez vous.
    Le troisième vous répétez l’opération mais pour la journée complète.
    Le quatrième, vous devez les mettre dès le matin et retourner chez votre opticien (avec qui vous commencez sérieusement à copiner) en fin d’après-midi. Là vous discutez avec lui de votre ressenti et de vos problèmes techniques.
    Mon problème technique à moi résidait surtout dans le retrait de ces maudites lentilles. Je dois vous avouer que j’ai failli abandonner la première fois où j’ai du me débrouiller seule (sans Monsieur Krys). J’ai mis une heure, j’ai pesté, puis j’ai pleuré. J’ai même hésité à aller au magasin et le supplier de mes les enlever. Mais je me suis dit que si je faisais ça, je tirais un trait définitif sur mes espoirs de me trouver plus jolie et que cet échec résonnerait longtemps en moi. J’ai demandé à Sam Chéri de me soutenir et de me guider un peu (parce que je suis tellement dans le dégoût face aux yeux que me mettre face à un miroir m’était trop difficile, c’est vous dire !). Et ça a marché ! Le lendemain j’ai mis une demi-heure et j’ai vu ça comme un énorme progrès.
    Quand j’ai fait part de mes difficultés à Monsieur Krys et il m’a donné une astuce : appuyer fort sur le blanc de mes yeux de chaque côté de l’iris. Ca m’a rebuté mais ça a tellement bien fonctionné que c’est désormais la technique que j’emploie.
  • N’hésitez pas à consulter des vidéos comme par exemple celle-ci ; ça peut aider.
  • Faites-vous confiance et ne vous découragez pas ! Comme pour beaucoup d’autres choses,  tout est question d’entraînement. Au fil du temps, vous mettrez vos lentilles de plus en plus rapidement et vous les enlèverez avec une facilité que vous trouviez jadis déconcertante.

Aujourd’hui je porte des lentilles jetables journalières, par coquetterie, uniquement le week-end ou pour les occasions particulières et je n’ai aucun regret.

Lunettes

Rendez-vous sur Hellocoton !

M. Peabody et Sherman : les voyages dans le temps

Hier, j’ai déposé Zoé à la gym et je ne la retrouverai que ce soir. Non elle ne fait pas un marathon de la gym ! C’est la maman d’une de ses copines qui la récupérait et la gardait à dormir. Aujourd’hui les miss sont conviées à un anniversaire. (Ma fille a un emploi du temps de ministre.)

J’avais décidé de profiter de l’absence de ma grande pour emmener Emma au cinéma.
Il y a quelques jours nous nous sommes donc penchées sur les films à l’affiche. Ayant prévu d’aller voir Minuscule la semaine prochaine avec Zoé, le choix s’est avéré très limité : restait La grande aventure Lego ou M. Peabody et Sherman : les voyages dans le temps. Je lui ai passé les deux bandes-annonces pour qu’elle prenne la décision finale. Elle a tout de suite éliminé les bonshommes jaunes, « trop garçon » à son goût.

Me voilà donc aujourd’hui critique cinéma* pour vous parler d’une des dernières animations des Studios DreamWorks.

M_+PEABODY+ET+SHERMAN

L’histoire : M. Peabody est le chien le plus intelligent du monde (et accessoirement il parle). Il a adopté un petit garçon prénommé Sherman et, afin de préparer celui-ci à l’école, a fabriqué une machine à voyager dans le temps. Un jour, Sherman décide de jouer un mauvais tour à Penny (la petite peste de son école) et l’expédie en Egypte ancienne. Sherman et son père (le chien si vous m’avez bien suivie) vont alors devoir retourner dans le passé pour récupérer la fillette.

Ce que j’en ai pensé : très compliqué pour un enfant de 5 ans.
La notion de « voyage dans le temps » est très abstraite pour eux et le dessin animé requiert une bonne connaissance de l’Histoire pour en comprendre les subtilités. Marie-Antoinette, Toutankhamon, Léonard de Vinci, et Agamemnon n’évoquent absolument rien à Emma !
Le film est très rythmé mais les scènes sont répétitives : les héros sont poursuivis (par Robespierre, par le vizir et ses sbires, par un guerrier troyen…) et courent pour s’en sortir.
J’ai aussi été gênée par le doublage de Guillaume Gallienne, trop présent à mon goût. Quand je visionne un dessin-animé, j’aime occulter l’acteur qui a prêté sa voix au personnage, et là j’ai franchement eu du mal (je n’ai pourtant rien contre Mr Gallienne, je suis même allée voir Les Garçons et Guillaume, à table !).

Ce qui a plu à Emma : l’absence d’un méchant qui fait vraiment peur (ben oui elle n’a pas encore 5 ans). L’ennemi(e) est incarné(e) par Melle Grunion, l’assistante sociale qui veut retirer la garde de Sherman à M. Peabody.
Elle n’a pas eu le temps de s’ennuyer.

Conclusion : nous avons passé un moment sympathique mais pas le film ne restera pas dans mes annales (pourquoi je n’aime pas ce mot ?).

* En fait je vous donne juste mon avis et vous en ferez ce que vous voudrez. Ah si, c’est ça… je suis critique de cinéma.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des princesses pour mes filles

Il y a quelques semaines, j’ai découvert Les princesses de Marie et je suis tombée sous leur charme. 1505353_10152027029898673_1274538936_n
Il faut dire que mes filles ont un amour immodéré pour le rose, les paillettes et… les princesses.
J’ai tout de suite aimé le naturel et le côté enfantin des personnages de Karine Boyer-Kempf.
Sur le site internet, on trouve diverses façons de s’amuser : on peut créer sa propre princesse, télécharger des jeux, des coloriages… Il existe aussi une boutique en ligne.

???????????????????????????????Karine a eu la gentillesse de m’envoyer un carnet d’activités pour Zoé et Emma.
Je dois avouer que j’ai d’abord pensé à la lutte sans merci que les filles allaient livrer pour savoir laquelle des deux aurait le plaisir de commencer. Puis j’ai ouvert le carnet et j’ai eu l’agréable surprise de découvrir que chaque feuille est détachable. Ce détail peut vous paraître sans importance mais (croyez-moi) lorsqu’on a deux fillettes de 18 mois d’écart qui veulent toujours tout faire en même temps c’est loin d’être anodin ! Le livret comporte une vingtaine de pages avec des activités simples et variées : labyrinthes, différences, découpage, recettes de cuisine… Il s’adresse aux 4-10 ans et est vendu 7,00 euros. Le papier est de très bonne qualité ; là encore c’est une information non négligeable quand on sait que les jeux sont recto-verso et qu’on connaît l’acharnement qu’ont les enfants sur leurs feutres !

J’espère vous avoir donné envie de découvrir les créations de Karine car ici mes princesses sont ravies !

coloriages princesses

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je n’instagrame pas mais…

Question technologie, je ne suis pas une fille très moderne. Je suis même un peu nunuche quand il s’agit d’inforOeuf 2matique.Oeuf
Alors, un peu jalouse des jolies photos instagram de certaines blogueuses, je suis partie à la recherche d’un logiciel sympa qui me permettrait de m’amuser moi aussi.

J’ai trouvé : pixlr-o-matic me convient parfaitement !
Facile d’utilisation, il offre énormément de possibilités pour obtenir des rendus différents. Le téléchargement des photos est ultra-rapide, même chez nous qui avons pourtant un débit d’escargot -c’est pour dire ! Et en plus c’est gratuit !
Allez je vous laisse, je m’en vais jouer !

ps : Au passage vous admirerez ce qu’Emma nous a offert pour Pâques. J’adore !

Emma bulleEmma bulle 2

FleursFleurs 2

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé : la sortie précoce de maternité

C’était pour mon troisième enfant.

A ma première grossesse je ne savais pas que cela se faisait et à la seconde ça restait encore un concept très flou pour moi. Mais, l’année dernière, lorsque la sage-femme a évoqué cette éventualité lors de mes cours de préparation à l’accouchement j’ai tout de suite su que ça me conviendrait parfaitement.

Au premier enfant, j’étais rassurée de me savoir entourée et d’avoir toutes les recommendations à portée de main.
Finalement j’ai vite eu envie de quitter la maternité :

  • L’équipe médicale était très sympathique mais chacune y allait de son bon (ou pas) conseil et ça n’était pas toujours le même. C’est un peu déstabilisant quand on apprend son métier de maman !
  • Zoé était très calme dans la journée mais passait ses nuits à pleurer. « Il faut vous habituer ma bonne dame, chez vous ça sera pareil ! » Ben non justement, chez moi il y a Sam Chéri et quand je n’en pourrai plus comme tout de suite maintenant, Sam Chéri prendra le relais !
  • J’avais hâte qu’on commence à construire notre nouvelle vie à 3 et qu’on retrouve un peu d’intimité.
  • J’avais très envie d’aller prendre mes douches librement sans être obligée d’attendre la débauche de Sam Chéri.

Pour ma deuxième fille, ce fut quasiment la même histoire à ceci près que :

  • Cette fois-ci, je n’ai reçu aucun conseil (« Vous avez déjà eu un bébé, vous savez comment faire ! »). Du coup j’ai même dû supplier pour qu’on me réexplique les soins du cordon (oui je sais jamais contente celle-là !).
  • Je n’en pouvais plus d’entendre chaque membre du personnel regarder la photo de Zoé qui trônait sur ma table de nuit et me dire après : « Vous devez être drôlement déçue d’avoir une deuxième fille ! ». Emma était magnifique et surtout en bonne santé alors non je ne voyais pas trop pourquoi j’aurais dû ressentir une quelconque déception !
  • Mais la raison pour laquelle j’étais vraiment pressée de quitter la maternité c’était pour retrouver ma petite famille et en particulier ma Zoé. Elle m’a terriblement manquée ! Sa mamie me l’a emmenée une fois mais, pour une petite fille de 18 mois et demi, une chambre d’hôpital peut vite se révéler très étroite !

Alors, pour mon troisième enfant, je voulais que tout se passe différemment. C’est pour cela que j’ai choisi le R.P.D.A. (Retour Précoce à Domicile après Accouchement). Et j’ai trouvé cela parfait :

  • J’ai donné naissance à Nino le vendredi après-midi et j’étais de retour à la maison pour le déjeuner du dimanche. Ca m’a donc fait seulement deux nuits loin des miens. J’aurais aimé rentrer dès le lendemain de mon accouchement mais on ne m’en a pas laissé la possibilité…
  • Mon absence ayant été de courte durée, ça n’a pas été trop difficile à gérer pour mes deux aînées.
  • Je me suis beaucoup plus reposée à la maison (surtout la nuit !).

Il faut tout de même que je vous apporte quelques précisions :

  • Mon accouchement s’est très bien déroulé et comme je n’ai pas eu de péridurale je me suis très vite remise sur pieds.
  • Une sage-femme libérale est venue tous les jours suivants à domicile pour contrôler l’état de santé de Nino (et un petit peu le mien aussi).

Pour conclure je ne saurais que trop conseiller le RPDA à toutes les femmes qui, comme moi, ne sont pas adeptes des séjours à la maternité et surtout qui n’aiment pas être séparées de leur progéniture.
Pour en savoir plus sur le sujet c’est ici : Haute autorité de santé.

Bracelet de naissance

Rendez-vous sur Hellocoton !