Adieu congé parental je t’aimais bien

Lettre congé parentalVoilà ce que je pourrai dire dans quatre jours.
Quatre petits jours nom d’un chien !
Je me sens complètement en panique à l’approche de cette nouvelle vie. Je suis envahie de questions, de doutes.

Il y a 7 ans et demi, quand Zoé est née, j’ai choisi de prendre mon congé parental à temps partiel. Un  jour par semaine, je ne prenais pas le chemin du travail pour profiter pleinement de ce bébé tout juste arrivé. Un jour par semaine je n’avais pas l’impression de rater quelque chose, je ne ressentais pas le manque de ses joues roses et de ses mains potelées. Les six mois de ce congé ont passé à une vitesse folle et je n’ai pas pu me résoudre à abandonner ce privilège. Après discussion avec Sam Chéri (et calculs financiers), j’ai convaincu mon employeur de m’autoriser à continuer sur ce rythme ! Quelques dizaines d’euros en moins pour des minutes de bonheur supplémentaires.
Quand Emma est née un an plus tard, la décision a vite été prise de ne plus mettre les pieds à l’usine du tout.
Nino est venu agrandir notre tribu le 06 avril 2012, je ne me suis posée aucune question, j’ai demandé à rester en congé parental, mon boss a accepté.

J’ai dû oublier la nullipare que j’étais et qui jurait qu’elle ne comprenait pas qu’on puisse rester à la maison moucher des nez et essuyer des fesses toute la journée. (Cette même nullipare avait sans doute en tête un métier passionnant…)
Une amie m’avait dit : « Le congé parental c’est sympa mais pas plus d’un an. Après on s’ennuie ! ». On doit être différentes elle et moi. 

Déjà 6 ans que je passe mon temps à moucher des nez et essuyer des fesses mais aussi à jouer, faire des puzzles, écouter les récits des matinées d’école, surveiller les devoirs, prendre le goûter…
J’aime ma vie telle qu’elle est (même si je comprends parfaitement qu’on aspire à autre chose) et je n’ai pas envie qu’elle change.
Enfin pas tout de suite.

Publicités

Celle qui rêvait d’un travail

Comme je vous l’ai déjà dit, mon congé parental prendra bientôt fin. Mon ancienne entreprise ayant décidé de se passer de mes services pour motif de crise économique, personne ne m’attend au charbon.

Mon drame c’est que je ne sais pas ce que je vais pouvoir faire.

Il y a peu de temps, je suis allée au Carrefour de l’orientation. Ce fut (presque) un cauchemar : perdue au milieu des lycéens qui sont tous des géants (ils pourraient manger sur ma tête), j’errais au milieu des allées ; chaque stand me confirmant que mon CV n’était à la hauteur d’aucun poste. Je fis quand même une rencontre intéressante, un charmant monsieur, directeur d’une association, qui me redonna espoir, valorisant mon expérience de maman et qui – en prime – me parla de mon joli sourire qui m’aiderait dans la vie (cheese !!!).

Bref, jusqu’ici j’étais dans l’expectative. Et honnêtement je ne pensais pas vraiment rechercher activement un emploi avant septembre, jusqu’à ce que Nino rentre à l’école.

Ordinateur

Je veux écrire !!!

Puis, jeudi de la semaine dernière, alors que je faisais machinalement un petit tour sur le site de Pôle Emploi, Elle m’est apparue : L’Annonce de mes rêves. Elle débutait ainsi : « Vous êtes dynamique, motivé(e), vous aimez les mots et êtes rigoureux/euse ? Postulez pour rejoindre la société X, et occuper un poste de chargé(e) de communication ! »  Aucun diplôme spécifié et « débutant accepté« . Je n’en croyais pas mes yeux, tout ça c’est moi ! Même si je ne me faisais pas trop d’illusion, je ne pouvais pas rater cette occasion, j’ai postulé. J’ai vu que l’offre avait été éditée début février alors je me suis empressée d’y répondre. Peut-être un peu vite, peut-être un peu trop à chaud. J’ai envoyé un texte, sans vraie relecture, et je regrette un peu. Parce que, quand je regarde le descriptif du poste, ce travail est fait pour moi, je suis faite pour ce travail et je crois que je resterai la seule à en être persuadée. Ce métier c’est celui que je voulais faire quand j’étais au lycée et dont j’avais abandonné l’idée de l’exercer un jour. Je suis consciente qu’il y a beaucoup de personnes plus compétentes que moi mais je ne peux m’empêcher d’espérer.
Non là je vous mens, je n’espère plus (je ne suis pas naïve, j’ai déposé ma candidature il y a plus d’une semaine et elle est restée sans réponse alors que le poste était à pourvoir rapidement). Mais si quelque part une bonne fée pouvait exaucer mon vœu, elle ferait de moi la plus heureuse des blogueuses !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma journée au paradis des parents blogueurs #efluentmums3

Le 3 décembre dernier avait lieu la troisième édition du spot des E-fluent mums organisé par le magazine Parole de mamans et vous savez quoi ? J’y étais !!!

Alors petit préambule pour ceux qui ne sauraient pas en quoi ça consiste : selon moi c’est une sorte de salon pour blogueurs parentaux et selon Leslie Sawika (qui parle beaucoup mieux que moi) « c’est plus de 3000 demandes d’inscription d’influenceurs, c’est 350 blogueurs sélectionnés, c’est 80 marques partenaires, c’est une vingtaine de personnalités, c’est plus de 30 journalistes, c’est une équipe de 25 personnes qui travaillent pendant plus d’un an pour rendre cette journée inoubliable, c’est plus de 12436 heures de boulot, c’est plus de 3547 mails traités et c’est surtout des dizaines de milliers de mots bienveillants, d’amour et de partage autour d’un seul événement. »

Ma journée a débuté dès 3h15 (j’avais prévu de me lever à 3h35 mais le stress aidant, j’étais réveillée avant). Sam Chéri m’a emmenée à la gare de Nantes pour un départ à 6h05. Là-bas j’avais rendez-vous avec Elodie que je ne connaissais. Dress code oblige (tenue noire et/ou blanche, accessoires jaunes ou fushias), j’avais opté pour une robe noire avec une paire de collants roses. Premier point commun, Elodie avait fait le même choix que moi ! Hyper facile de se reconnaître donc ! Le trajet jusqu’à Paris a passé à la vitesse de l’éclair, j’ai trouvé une copine (que je n’ai d’ailleurs pas quittée de la journée) ! A Montparnasse nous avons rejoint Aurélia, complètement flipée légèrement stressée de prendre le métro.

Arrivée à destination, j’ai tout de suite été subjuguée par la beauté du Palais Brongniart. Tapis rouge rose à l’entrée, nous avons été accueillies comme des princesses (quoi de plus normal dans un palais ?!). Pose devant le photocall (rien que de le dire ça claque hein !), cadeau de bienvenue, tote bag bien rempli, badge remis et nous pouvions enfin rentrer dans le vif du sujet.
Nous avons assisté à la conférence « Prendre confiance en soi grâce à internet ». Un bilan mitigé : des interventions intéressantes (comme celle de Manue avec qui j’ai eu la joie de discuter brièvement) et d’autres beaucoup moins pertinentes (comme celle de Florence Servan Schreiber qui nous a expliqué être très mal à l’aise dans une conversation à deux et avoir une Community Manager, mouais pour la confiance en soi on repassera !).
Ensuite, nous nous sommes un peu fait coincées à l’interview de Nikos (note pour ceux qui se demanderaient comme mon amie Claire « Nikos qui ? » : Aliagas bien sûr !) par Elsa Fayer. Non pas que nous voulions nous échapper à tout prix, nous avions juste prévu autre chose ! Finalement c’était plutôt sympa !
Après nous avons entamé notre tour des stands où j’ai fait de jolies découvertes dont je vous parlerai dans un autre billet (parce que sinon j’ai peur de vous perdre en route). Là nous avons été couvertes de cadeaux par certains partenaires ; princesses et gâtées donc !
Nous avons grignoté chez Yoni Saada  (mais si celui de Top Chef !), excellent !
Au détour d’une allée, ma copine Elodie a pu avoir son selfie avec Nathalie Péchalat.
Vers 16h00, j’ai dû dire au revoir à ma binôme nantaise qui rentrait plus tôt pour les trois ans de son Poulpinou chou. Mon réveil nocturne matinal commençait à se faire sentir et le massage des mains chez Weleda s’est alors révélé divin !
Dernière conférence : « Comment soigner son image virtuelle pour gagner en influence ? ». Très sympa et là je ne vais pas vous dévoiler un scoop mais seulement confirmer que Cynthia Bavarde est aussi drôle à l’oral qu’à l’écrit !
Avant de partir j’ai assisté à l’intervention de Najat Vallaud Belkacem (où j’étais assise à trois chaises de Sandrine Quétier, et ouais !).

Enfin j’avais rendez-vous dans le hall à 18h00 avec un groupes de bretonnes : Aurélia (toujours aussi angoissée par le métro), Marianne, Marie (et son PetitPoisson trop mignon) et Emmanuelle car nous avions prévu de regagner la gare ensemble. Ce fut court mais très sympa !
Embrassades sur le quai, changement de train au Mans et retrouvailles avec Sam Chéri à 22h24. Fatiguée mais HEUREUSE !

Intérieur Palais Brongniart

En résumé ma journée c’était ça :

  • Un lieu de folie, décoré à merveille qui m’a fait me sentir toute petite et si grande à la fois.
  • Des jolies rencontres.
  • La joie de pouvoir mettre un visage (et une voix) sur les blogueuses que je lis régulièrement.
  • Une sensation étrange en croisant les « blogo-stars », un peu comme si les personnages de feuilletons que je suivais s’évadaient du petit écran (non je ne suis pas folle !).
  • Le plaisir de revoir certaines de mes copines co-créatrices de langes pour Babymoov.
  • L’impression d’avoir parfois fait ma groupie (« j’aime beaucoup ce que tu écris »), regretter de ne pas avoir osé avec d’autres.
  • Beaucoup de sourires.
  • Des cadeaux plein les bras (merci à Squiz d’avoir pensé à nous fournir d’énormes sacs pour ramener tout ça !)

Bref c’était top top top !  Un énorme merci à toute l’équipe de Parole de mamans pour la montagne de travail accompli et vivement l’année prochaine !
(Et merci aussi à Amélie de m’avoir convaincue de venir !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le doigt dans l’œil (ou le test des lentilles de contact)

Je porte des lunettes depuis le CM2.
Au début c’était juste pour lire et regarder la télévision. Puis j’ai vieilli, j’ai porté 3 enfants, ma vue a baissé ; les binocles sont devenues indispensables à ma survie en milieu urbain (et même rural d’ailleurs). Jusque là rien d’extraordinaire.
Sauf que je ne me considère pas comme une fille à lunettes. Pour résumer, je dois me regarder dans le miroir deux fois par jour (pour me brosser les dents et me débarbouiller – si j’ai le droit de dire « débarbouiller » !) et je n’ai rien sur mon nez à ce moment là (sauf peut-être quelques points noirs, amis du glamour bonjour !). Jusqu’à il y a quelques mois, chaque fois que je voyais des photos de famille je m’interrogeais sur l’identité de la myope avec mes enfants, bref je ne me reconnaissais pas !

Mais ça c’était avant ! Avant que je ne me décide enfin à me mettre le doigt dans l’œil.
Nous avons tous des phobies et dans le top 3 des miennes : l’organe de la vision. Minute Freud : peut-être est-ce dû au souvenir de mon grand-père qui avait perdu un œil lors d’un accident de voiture ou peut-être ai-je été traumatisée, durant mon adolescence, par un copain qui jugeait de bon de se retourner les paupières à longueur de journée (rien que d’écrire ça j’ai la nausée) ? Bref, ma devise était : « touche pas à mes yeux (ni aux tiens) ! ».
Ma petite trentaine aidant, depuis quelques temps, je deviens plus courageuse. Alors voilà, un jour d’avril j’ai passé la porte de mon opticien préféré et je lui ai fièrement lancé : « Bonjour, je viens me renseigner sur le port des lentilles ! »
Ceci est un article d’encouragement pour tous les dégoûtés des yeux. Si moi je l’ai fait, vous pouvez y arriver !

Voici donc mes conseils :

  • ça va vous coûter une trentaine d’euros mais faites une adaptation aux lentilles chez votre opticien.
    Voici comment ça se passe : le premier jour, il vérifie si votre vue permet le port des lentilles, vous fait deux ou trois petits examens  puis, si tout est ok, vous mettez vos lentilles devant lui (sous sa direction). Deux heures après, vous revenez le voir pour retirer vos lentilles (toujours guidé(e) par ses conseils). Croyez-moi c’est indispensable, certains ophtalmos renvoient directement leurs patients chez eux après leur avoir posé leurs lentilles ; la technique pour les enlever n’est pas si évidente pour tout le monde !
    Le deuxième jour, il est conseillé de les porter un après-midi chez vous.
    Le troisième vous répétez l’opération mais pour la journée complète.
    Le quatrième, vous devez les mettre dès le matin et retourner chez votre opticien (avec qui vous commencez sérieusement à copiner) en fin d’après-midi. Là vous discutez avec lui de votre ressenti et de vos problèmes techniques.
    Mon problème technique à moi résidait surtout dans le retrait de ces maudites lentilles. Je dois vous avouer que j’ai failli abandonner la première fois où j’ai du me débrouiller seule (sans Monsieur Krys). J’ai mis une heure, j’ai pesté, puis j’ai pleuré. J’ai même hésité à aller au magasin et le supplier de mes les enlever. Mais je me suis dit que si je faisais ça, je tirais un trait définitif sur mes espoirs de me trouver plus jolie et que cet échec résonnerait longtemps en moi. J’ai demandé à Sam Chéri de me soutenir et de me guider un peu (parce que je suis tellement dans le dégoût face aux yeux que me mettre face à un miroir m’était trop difficile, c’est vous dire !). Et ça a marché ! Le lendemain j’ai mis une demi-heure et j’ai vu ça comme un énorme progrès.
    Quand j’ai fait part de mes difficultés à Monsieur Krys et il m’a donné une astuce : appuyer fort sur le blanc de mes yeux de chaque côté de l’iris. Ca m’a rebuté mais ça a tellement bien fonctionné que c’est désormais la technique que j’emploie.
  • N’hésitez pas à consulter des vidéos comme par exemple celle-ci ; ça peut aider.
  • Faites-vous confiance et ne vous découragez pas ! Comme pour beaucoup d’autres choses,  tout est question d’entraînement. Au fil du temps, vous mettrez vos lentilles de plus en plus rapidement et vous les enlèverez avec une facilité que vous trouviez jadis déconcertante.

Aujourd’hui je porte des lentilles jetables journalières, par coquetterie, uniquement le week-end ou pour les occasions particulières et je n’ai aucun regret.

Lunettes

Rendez-vous sur Hellocoton !

Petite blogueuse deviendra grande #efluentmums3

Dans un peu plus de deux semaines aura lieu la troisième édition du spot des E-fluent et j’irai pour la première fois.
Alors d’un côté mon cœur fait « gniiiiiii !!!!!!!!! » et d’un autre côté je sens le stress monter. (Appelez-moi Ambivalence…)
Je me sens toute petite. Je suis cette fille qui rêve d’y participer depuis le jour où elle a découvert l’événement mais je suis aussi cette fille qui peut rester plusieurs mois sans bloguer, cette fille qui lit beaucoup d’articles mais commente peu, cette fille presque inactive sur les réseaux sociaux. Je trépigne d’impatience et en même temps j’ai peur. Peur de ne pas savoir où me mettre, peur de ne pas être à ma place, peur d’être seule, peur de m’accrocher comme une huître à quelqu’un qui ne me supportera pas, peur de ne parler à personne, peur de passer pour une groupie.
Je ne vous parle même pas de la logistique… Enfin si je vous en parle. J’angoisse à l’idée de rater mon train. J’angoisse à l’idée d’oublier mes affaires quelque part (parce que je suis du genre à oublier ma tête). J’angoisse à l’idée de prendre le métro. J’angoisse parce que je n’ai pas de smartphone et que je risque de passer pour une extra-terrestre.
Alors j’écris pour exorciser. Je me dis que mon blog me fait grandir. Avant je n’aurais même pas osé y penser et là je vais franchir le pas.
Donc si vous me lisez et qu’on se rencontre là-bas, je ne pourrai pas nier que je suis un peu nunuche et névrosée mais je vous assure que des fois je suis normale (et sympa) !

Ca c’était l’année dernière et j’ai hâte de voir comment ça sera cette année
(même si ça me fait un peu trembler) !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il paraît que j’ai co-crée des langes #Concours

005 (3)

Comme je vous l’ai déjà raconté ici et , j’ai eu l’incroyable chance de pouvoir participer à une belle aventure  avec Babymoov.

A partir du thème NATURE (et d’une planche d’idées) on m’a demandé de réaliser des motifs pour langes. Je suis très heureuse car mes petits gribouillis ont germé (avec l’aide d’une merveilleuse graphiste soyons sérieux !) et aujourd’hui ils sont devenus réalité. La collection s’appelle 4 Seasons et je la trouve vraiment belle (en toute modestie bien sûr !).

Si vous aussi vous craquez devant ces langes (ce qui me paraît être une évidence 😉 ), je vous offre la possibilité de gagner un  lot de 3 langes 4 Seasons. Et surprise ce n’est pas 1 lot que j’ai à mettre en jeu ni 2 ni 3 mais 10… oui j’ai bien dit 10 lots à gagner !!! (Parce qu’en plus d’être sympas, ils sont généreux chez Babymoov !)

Vous voulez jouer ? Rien de plus simple  : laissez-moi un commentaire sous cet article m’expliquant pourquoi vous voulez absolument ces magnifiques langes (hein qu’ils sont beaux ! Mouais je l’ai peut-être déjà dit ça…). Relayer le concours sur votre profil public Facebook vous apportera une chance supplémentaire ! (Merci de me donner le lien en commentaire pour que je puisse vérifier.) Si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi continuez à me lire, vous abonner à mon blog par mail,  me tricoter une écharpe ou encore m’envoyer des fleurs (je suis une fille classique j’aime les roses). Vous pouvez également me dire que vous aimez mon blog ici (c’est facultatif mais ça fait toujours plaisir !).

Bonne chance à tous et à vos partages !

Détails du concours : Ce jeu se terminera le 15 novembre à 23h59. Les gagnants seront désignés par Random et les résultats seront annoncés en édit de cet article le 17 novembre. Concernant la remise des gains je ne suis que votre intermédaire, Babymoov est responsable de l’envoi postal.

ps : Si vous voulez plus détails sur ces langes, la fiche technique est à votre disposition sur le site de Babymoov.

Rendez-vous sur Hellocoton !

EDIT du 17 novembre 2014

Merci pour vos nombreuses participations et pour tous vos compliments qui m’ont réchauffé le cœur !
Les gagnant(e)s sont :

  • Florence (de Cerise sur le Berceau)
  • Arwena29
  • Aurélie.B
  • Lovelylou
  • Lynette Abelle
  • Isabelle R
  • Elisabeth MB
  • Samantha. V (maman en mars)
  • Sophie Chartrain
  • Noémie Marié

Bravo à toutes ! Je vous envoie un mail dans la journée 🙂 !

Capture

Quand la réalité dépasse le rêve ou comment je suis devenue co-créatrice pour Babymoov (minute de gloire inside)

Par une belle journée de janvier, mon blog et moi avons reçu un mail des plus intéressants.
Un certain Romuald (coucou si tu me lis !) m’y parlait d’un projet très mystérieux, d’un kit créatif à m’envoyer, d’une journée dans les locaux de Babymoov… Il me disait qu’il m’avait sélectionnée pour ma sensibilité au DIY et mon univers visuel.

Les réactions se sont alors enchaînées.

  • Réaction n°1 : « Wouaaaah ! » (+ étoiles dans les yeux).
  • Réaction n°2 : « Re-wouaaah !!! » (Nan mais quand même ! Babymoov quoi ! Une marque que j’aime en plus !)
  • Réaction n°3 : Ce Romuald me paraît bien sympathique et sa proposition plus que tentante mais IL DOIT Y AVOIR ERREUR SUR LA PERSONNE ! Comment a-t-il pu tomber sur mon petit blog alors qu’il en existe des si jolis (tant par leur forme que par leur contenu) ?
  • Réaction n°4 : Si toutefois ce message m’était bien destiné, pas sûr que Sam Chéri soit emballé à l’idée que je fasse un voyage solo à Clermont-Ferrand… Dès que je lui en ai parlé il m’a tout de suite dit de foncer (quand je vous dis qu’il est presque parfait !)
  • Réaction n°5 : Vite répondre pour dire que je suis partante.
  • Réaction n°6 : Douter. Et si ce message avait été envoyé à des milliers des centaines de blogueuses ?  Tout ça n’aurait finalement été qu’un doux rêve.
  • Réaction n°7 : Attendre. Figurez-vous que Romuald dort la nuit et ne répond pas immédiatement aux mails envoyés à 23h (quel affront !).

Romuald a répondu, puis il m’a appelée. Juliette a pris le relais (coucou si tu me lis aussi  !). Elle m’a expliqué le projet : créer des motifs pour des langes

Plus tard j’ai reçu le kit de co-création avec mon thème : NATURE. Ca me correspond plutôt bien (ben oui, après tout la petite maison elle est dans la campagne !). En février j’ai pris la route des volcans. Le début de mon aventure (l’angoisse, la route, l’hôtel…) je vous l’ai déjà raconté ici.

Voilà donc l’histoire de cette journée de co-création (oui tout ça pour ça !) :

Nous étions 5 blogueuses. Nous avons été reçues comme des reines. Nous avons eu la chance de visiter l’entreprise. Tout le monde semblait être au courant de notre venue et a eu un petit mot gentil pour nous.
Ensuite ça été le grand oral, celui que je redoutais tant (pas super fière de ma création) et qui avait un goût d’exposé collégien. En fait tout s’est bien passé. Il faut dire que contrairement à mon adolescence le public était carrément sympa ! C’était super d’échanger sur les langes, leur utilité, les motifs qu’on appréciait ou pas.
Pour finir nous sommes passés à la « pratique ». J’ai travaillé aux côtés de la graphiste Claire Leina qui a merveilleusement compris mes attentes. Cette fille est magique !

UC4A6092
Je suis arrivée nerveuse, pas sûre de trouver ma place ; je suis rentrée heureuse, des étoiles plein les yeux (encore !).

De longs mois ont passé et aujourd’hui je peux enfin vous présenter en avant-première la collection de langes 4 SEASONS ! Je suis vraiment fière (ben quoi j’ai le droit !) et j’espère sincèrement qu’ils vous plairont !

© Photo François Berrué  tel : 0609245160

Merci encore à Babymoov pour cette formidable expérience !

Je vous invite à aller lire les articles de mes copines co-créatrices (et à découvrir les autres gammes de langes) :

Rendez-vous sur Hellocoton !