Ca s’en va et ça revient

Il y a des amis à qui on pense très souvent mais dont on ne prend que rarement des nouvelles. Les jours, les mois, les années défilent et on a un peu honte de revenir vers eux. On ne sait pas ce qu’ils vont penser mais on ne veut pas couper les ponts parce qu’on les aime, parce qu’ils ont compté pour nous.
Ce blog c’est un peu la même histoire, j’ai sans cesse envie d’écrire mais je me laisse déborder par la vie, je ne prend pas le temps, je me fait happer par le quotidien…
Et de temps en temps je reviens ! (Vous ne vous débarrasserez pas de moi aussi facilement !)

Donc voici ce qui s’est passé ces derniers mois dans ma vie trépidante : j’ai fêté Noël (ah bon vous aussi ?!), j’ai eu mon premier smartphone (mais je reste malgré tout un peu une blogueuse vintage, clin d’oeil à ma copine
Elodie), je me suis aperçue que 2014 était déjà derrière moi, j’ai lu Charlie Hebdo, j’ai vieilli, mon compte Facebook a été piraté, j’ai perdu une carte bancaire, j’ai cassé mon bô téléphone (ça c’était pour la « case poisse »), j’ai signalé qu’on avait usurpé mon identité, j’ai retrouvé ma carte bancaire au bout de quelques jours, la garantie de mon téléphone a marché (catégorie « tout est bien qui finit bien ») et le compte à rebours de mon retour à la case Pôle Emploi s’est accéléré. Ah oui aussi l’ingratitude s’est emparée de moi : je n’ai souhaité la bonne année à personne (à part ceux avec qui j’ai réveillonné parce que bon quand même sinon ça aurait fait mauvais genre), je n’ai pas dit merci pour les textos, pour les photos et pour les paillettes dans les enveloppes. Je ne parlerai même pas des anniversaires que j’ai oublié.

La semaine dernière j’ai reçu un mail en réponse à une lettre que j’avais écrite il y a plus de cinq ans (véridique). Je ne serais finalement pas la seule à me dire que mieux vaut tard que jamais ?

Smartphone

ps : Bonne année et joyeuses Pâques (je préfère prendre un petit peu d’avance, c’est plus prudent !).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Petite blogueuse deviendra grande #efluentmums3

Dans un peu plus de deux semaines aura lieu la troisième édition du spot des E-fluent et j’irai pour la première fois.
Alors d’un côté mon cœur fait « gniiiiiii !!!!!!!!! » et d’un autre côté je sens le stress monter. (Appelez-moi Ambivalence…)
Je me sens toute petite. Je suis cette fille qui rêve d’y participer depuis le jour où elle a découvert l’événement mais je suis aussi cette fille qui peut rester plusieurs mois sans bloguer, cette fille qui lit beaucoup d’articles mais commente peu, cette fille presque inactive sur les réseaux sociaux. Je trépigne d’impatience et en même temps j’ai peur. Peur de ne pas savoir où me mettre, peur de ne pas être à ma place, peur d’être seule, peur de m’accrocher comme une huître à quelqu’un qui ne me supportera pas, peur de ne parler à personne, peur de passer pour une groupie.
Je ne vous parle même pas de la logistique… Enfin si je vous en parle. J’angoisse à l’idée de rater mon train. J’angoisse à l’idée d’oublier mes affaires quelque part (parce que je suis du genre à oublier ma tête). J’angoisse à l’idée de prendre le métro. J’angoisse parce que je n’ai pas de smartphone et que je risque de passer pour une extra-terrestre.
Alors j’écris pour exorciser. Je me dis que mon blog me fait grandir. Avant je n’aurais même pas osé y penser et là je vais franchir le pas.
Donc si vous me lisez et qu’on se rencontre là-bas, je ne pourrai pas nier que je suis un peu nunuche et névrosée mais je vous assure que des fois je suis normale (et sympa) !

Ca c’était l’année dernière et j’ai hâte de voir comment ça sera cette année
(même si ça me fait un peu trembler) !

Rendez-vous sur Hellocoton !

On ne se connaît pas et pourtant…

J’ai hésité avant d’écrire cet article. Pour être franche, d’habitude je commence par le titre et là la case reste vide.
A l’instant où je couche mes mots sur le clavier (peut-on utiliser cette expression ?), je ne sais pas encore où je vais. Mais je tourne ça dans ma tête depuis quelques jours et j’ai besoin de l’exprimer.

Chaque petit mot que vous me laissez me réchauffe le cœur.
Lorsque j’ai commencé mon blog, je l’ai fait pour moi (et un peu pour mes enfants aussi, mais auront-ils le désir de le lire un jour ?).
Assez vite, j’ai eu besoin de le partager, sans vraiment savoir pourquoi.

Quand vos amis vous disent qu’ils apprécient vos écrits, vous êtes touché(e) mais vous ne pouvez vous empêcher de penser qu’ils s’y intéressent surtout parce qu’ils vous connaissent. Attention je ne minimise pas du tout l’attention portée par mes proches et elle me touche autant que celle des autres ! Les commentaires laissés ici par des « inconnus » résonnent juste différemment.
Il y a ceux qui arrivent là par erreur (non parce que parfois, à la vue de ce qu’ils ont demandé à Mr Google, le moteur de recherche les a mal guidés !). Il y a les lecteurs de l’ombre (auxquels j’appartiens aussi parfois chez les autres). Il y a ceux qui passent par là par hasard et qui prennent quand même le temps de me dire un truc agréable. Enfin il y a celles qui me laissent très souvent des commentaires et dont je me sens proche d’une certaine façon. On connaît des bouts de nos vies et on ne se connaît pas. On ne se connaît pas et on a l’impression de se connaître (ou pas). On se connaît sous des pseudos, on s’intéresse réellement à ces tranches de quotidien.
Il n’y pas si longtemps je n’aurais pas pensé ressentir ça. Ce sentiment indescriptible qui fait qu’on s’attache à ces personnes qu’on ne rencontrera peut-être jamais mais qui deviennent des personnages dont on suit les aventures.
Là soit vous devez me trouver carrément stupide ou trop sentimentale naïve ou encore complètement folle… Dans le monde réel j’ai des amis (et pourtant je n’aime pas trop les curlys) et je me sens un peu dépassée par tout cet univers virtuel.

En fait je ne me reconnais pas.
Je scrute mes statistiques WordPress. Oui c’est mal mais je (me) l’avoue maintenant : être lue me satisfait. Est-ce un besoin de reconnaissance (n’en sommes-nous pas tous un peu là ?) ou encore un syndrôme bloguesque ? Toujours est-il que j’aime (pour l’instant) ce que ça m’apporte  : des échanges sympas.
Voilà où je voulais en venir… Je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour mais j’ai pleuré à la lecture d’un de vos messages. J’ai hésité à répondre par mail tellement j’avais été touchée. Peut-être aurais-je mieux fait.
Je ne m’explique pas vraiment l’impact de ce message sur moi mais j’ai pleuré.
J’ai pleuré parce qu’on m’a dit que je faisais rire et monter les larmes aux yeux.
J’ai pleuré parce qu’on m’a encouragée à continuer.
J’ai pleuré parce qu’on m’a dit que j’étais une bonne maman. Au fond je crois que c’est ça qui m’a fait pleurer. J’ai trouvé ce compliment d’une gentillesse extrême. J’ai pleuré parce que je me suis dit que cette personne serait sans doute déçue si elle me connaissait « en vrai ». Moi qui fais tant d’erreurs dans ma vie de maman, qui manque si cruellement de patience et qui crie souvent gratuitement.
Voilà, je viens d’écrire le titre de mon article. On ne se connaît pas et pourtant j’ai eu peur de te (vous) décevoir.

Jonquille

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un an… le bilan

bloganniversaireIl y a un an, je me lançais dans l’aventure un peu dingue de l’écriture bloguesque.

C’était d’abord une manière d’apprivoiser WordPress, de me plonger un peu dans le html et de mettre un site en forme. Bref, à l’origine c’était un petit exercice que je m’imposais histoire de connaître l’étendue de mes incompétences informatiques.
Et puis, comme il fallait bien meubler, j’ai posé mes valises et j’ai commencé à raconter ma vie. J’ai tapé « blog de maman » sur l’ennemi juré de certains blogueurs, j’ai cliqué un peu au hasard et j’ai atterri chez Marjoliemaman. Je me suis prise au jeu de la lecture et je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me lance. J’en ai parlé à une amie (poke Lucie), puis à une autre, puis à une autre, puis à une autre…
Je me suis inscrite sur Hellocoton, sans vraiment comprendre ce que ça m’apporterait. Et un jour, j’ai découvert que j’avais des lecteurs que je ne connaissais pas IRL. Certains sont juste passés par là, d’autres sont restés et m’ont souvent laissé des petits mots. Des noms sont revenus régulièrement : Karya, Carole, BBB’s mum (dont je ne sais finalement même pas le prénom), Maaademoiselle A., Anne-So et bien d’autres encore… En devenant blogueuse, je suis devenue lectrice à mon tour, addict aux aventures (et aux photos) de mes copinautes.
J’ai vu passer des trucs qui m’ont fait rire, d’autres qui m’ont émue aux larmes.
J’ai décidé de participer au projet 52 – 2014 (et pour l’instant je m’y tiens).
On m’a proposé de me joindre à une aventure (promis dans quelques mois je vous raconterai) et même si je me pose beaucoup de questions quant à ma légitimité à en faire partie, je frétille d’impatience !
J’ai découvert que la blogosphère était une zone d’échange, peuplée de gens drôles et talentueux (oui ok pas tous mais c’est mon article et j’ai envie de le faire à la sauce Bisounours).

Alors quelques 92 articles, 17044 vues et 660 commentaires (dont la moitié de moi-même, j’essaye toujours de vous répondre !) plus tard, je suis encore là. Pas toujours assidue mais bien décidée à continuer !

C’est l’occasion pour moi de vous remercier (oui vous là derrière votre écran) :
MERCI de me lire, MERCI de me commenter (vous n’imaginez même pas à quel point c’est réjouissant de lire tout vos messages).

Bon ben sinon vous pouvez me suivre ICI aussi (c’est le jour de l’auto-promo).

Rendez-vous sur Hellocoton !

En vie

Mon blog c’est un peu cet ami à qui je pense souvent mais auquel je n’ose plus écrire au fil du temps qui passe…

Alors pour résumer, cet été j’ai eu très peur de perdre quelqu’un à qui je tiens énormément. Entre visites à l’hôpital et pensées sombres, l’idée de m’épancher ici ne me ravissait pas.
Puis il y a eu une bonne nouvelle, une guérison, comme un arc-en-ciel au coin de ma vie.

Là j’aurai pû revenir me direz-vous !
Oui mais entre temps, mon Emma s’était mise en tête de nous faire regoûter aux méandres de son caractère. J’oscillais entre envie furieuse de reprendre une vie active (pour échapper à la lutte permanente qui nous opposait toutes les deux) et rage de vaincre.
J’ai donc décidé de me battre ; non pas avec ma fille mais avec cette fatalité qui nous plonge cycliquement dans la tyrannie de ma douce furie.
Mon combat n’est pas terminé mais les tensions se sont un peu apaisées et l’envie de vous parler ne m’a jamais quittée.

Et puis, il y a quelques temps, une lectrice (se demandant sans doute si j’étais toujours de ce monde) m’a envoyé un mail en me demandant ce que je devenais. Ca m’a touchée, ça a réchauffé mon petit cœur de blogueuse (puis-je encore me qualifier ainsi ?!) et je me suis sentie obligée de la rassurer ! Alors voilà, je suis en vie. JE VAIS BIEN et j’espère vous écrire très vite par ici.

Fleurs roses

ps : Merci Lya !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon infidèle lecteur

C’est Sam Chéri qui m’a poussée à ouvrir ce blog et… IL NE LE LIT JAMAIS.

Quand il prend l’ordinateur (d’ailleurs il trouve qu’il n’y a plus beaucoup accès ces derniers jours – y passerais-je trop de temps ?), c’est plutôt pour regarder les résultats sportifs ou jouer (gamin va !).
Je le vois parfois jeter un oeil sur le titre de mes articles ou les photos qui les illustrent mais ça ne va pas plus loin. Ce n’est pas qu’il se désintéresse mais il me laisse ça pour moi. En plus il trouve que c’est un truc de fille mais là il juge sans avoir lu (je ne donne même pas de conseils maquillage !) et je remercie mon lectorat masculin de ne pas partager son avis (vous êtes cools les gars !). En revanche, c’est devenu un véritable statisticien WordPress (« T’as eu beaucoup de visiteurs aujourd’hui ? ») mais c’est un peu pour se moquer (gentiment) de moi. Et puis, samedi soir, il a dit à ma marraine : « T’as vu comment elle m’appelle sur son blog ? Ah ça non, je ne me reconnais pas dans le Sam Chéri ! » Ben oui, je vous l’ai déjà dit le « chéri » en vrai je ne l’utilise jamais ; c’est unNounours repère pour vous, afin que vous sachiez que je ne parle pas de l’un de mes bambins mais bien de l’homme de ma vie ! C’est vrai que je suis gonflée de l’avoir affublé d’un tel surnom !!!
Son côté ours mal léché je le connais bien et je sais ce qu’il cache alors je ne m’en formalise pas. Il faut dire que, malgré tout, il m’encourage beaucoup dans ce que je fais et que c’est ça le plus important !

Et vous les écrivain(e)s de la blogo, il/elle vous lit votre chéri(e) ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon blog fête son moisiversaire : bilan (n°1)

Tiens nous sommes le 11 mars ? Je crois bien que ça fait un mois que j’ai décidé de me lancer dans la blogosphère !
Je vous le concède, c’est sans doute un peu tôt pour faire un bilan mais j’en ai envie alors je le fais (en vieillissant grandissant j’ai tendance à plus faire les choses au feeling, à moins me poser de questions – même si je reste une éternelle névrosée). Voici donc mon premier bilan :

  • 1432 vues, 42 commentaires, 22 « j’aime » sur Facebook mais SURTOUT des jolis compliments et de très gentils encouragements (« C’est bon pour le moral ! » me soufflent Clémence et le reste de la Compagnie à l’oreille).
  • la vilaine impression de cacher quelque chose à mes parents.
  • la découverte d’un univers que je ne soupçonnais pas (c’est fou tous les blogs sympas qu’on peut trouver sur la toile) et de grosses remises en question (Ai-je vraiment ma place parmi toutes ces plumes ? Suis-je si je blogue ?).Appareil photo
  • un Sam Chéri qui m’a poussée à sa création mais qui semble un peu dépassé et parfois inquiet (« Tu ne racontes pas trop notre vie au moins ? »).
  • des enfants médusées devant les derniers objets que j’ai photographiés (« Pourquoi tu prends nos cartables Maman ? »).
  • un ordinateur monopolisé et une crise de panique quand son écran n’a plus voulu s’allumer (mince alors, je suis une geek !).
  • des réactions étonnées et étonnantes. Par exemple celle de mon amie Aurélie qui me confia un jour « J’adore te lire mais je trouve qu’on ne te reconnaît pas. Rah comment dire ? Bah oui quand tu écris c’est… wouah !!! » Dois-je en déduire que dans la vraie vie je parle comme une patate ??? Non sérieusement j’ai l’air vexée mais pas du tout ; ça m’a beaucoup fait rire (et Sam Chéri aussi d’ailleurs quand je lui ai raconté !).
  • le projet d’accueillir Saturnain une semaine l’année prochaine (merci A la Mère Si !). J’adore cette idée !

Bilan plutôt positif. Rendez-vous dans quelques mois pour le n°2 (en espérant que vous serez toujours là !).

Rendez-vous sur Hellocoton !